Je fais un don !
fermer

Où nous opérons

Mali

Le Mali, en Afrique de l’Ouest, est un pays caractérisé par un taux de pauvreté important et une croissance démographique très rapide.

Les agriculteurs de cette région combinent l’élevage et l’agriculture dans des zones partiellement boisées, mais le système est sous pression. Au Mali, les précipitations sont très sporadiques et irrégulières. Pour son approvisionnement en eau, la population dépend principalement des eaux souterraines et du fleuve Niger, très pollué à certains endroits. Au cours des 20 dernières années, l’agriculture irriguée a quadruplé sur les rives du Niger et de ses affluents.

La gestion de l’eau devient de plus en plus difficile, et les terres et la végétation souffrent énormément du changement climatique et de la désertification.

En proie à la guerre et au terrorisme, principalement dans le nord et l’est du pays, le Mali est politiquement instable depuis des années. En conséquence, certaines régions sont devenues des zones de non-droit.

65%

du Mali est désertique ou semi-désertique

82%

De 1960 à aujourd'hui, le Mali a perdu 82 % de ses réserves forestières

Les activités de Join For Water et de ses partenaires se concentrent sur trois communes : Baguinéda-Camp, Mandé et Mountougoula. Adjacentes au district de la capitale Bamako, elles se trouvent dans le bassin supérieur du Niger. Baguineda et Mandé bordent le Niger, mais pas Mountougoula. Ces communes sont très agraires, mais plus on se rapproche de Bamako, plus les quartiers urbanisés sont nombreux.

Ces trois communes sont confrontées aux risques d’inondation, de pollution, d’urbanisation et de déforestation. Les précipitations annuelles moyennes dans cette région sont d’environ 950 mm. Mande et Baguineda sont fortement dépendantes du Niger. Lorsque le fleuve s’élargit, pendant la saison des pluies, le riz peut encore être cultivé, mais à la saison sèche, le manque d’eau menace.

 

Mali Landbouw Groenten
(c) Landry Mudugu

Activités

Join For Water et ses partenaires s’engagent fermement à restaurer et à protéger les écosystèmes aquatiques tels que les berges des rivières, les forêts et les terres agricoles. Le partenaire CSPEEDA met ici son expérience à profit. Les agriculteurs utiliseront l’irrigation intelligente pour faire le meilleur usage de l’eau disponible.

Les OSC et les représentants des services publics régionaux sont encouragés et soutenus pour plaider en faveur d’un meilleur droit à l’eau et d’une bonne gestion des écosystèmes. Des thèmes tels que la propriété foncière et l’« utilisateur payeur » sont abordés.

La recherche-action sur le cycle local de l’eau, les écosystèmes aquatiques, l’irrigation intelligente et l’agroforesterie devrait fournir les connaissances nécessaires qui pourront être appliquées dans les activités. Les centres de recherche et les partenaires ICRAF et IPR/FRA s’en occupent.

Lors des réunions régionales et internationales, les différentes parties prenantes de tous niveaux pourront échanger et apprendre.

 

Antécédents

Join For Water est active au Mali depuis 1995. Dans le delta du Niger, dans la région de Mopti, l’action portait sur l’accès à l’eau potable, l’assainissement et l’eau pour l’agriculture. L’interdiction de la « défécation en plein air » était une priorité. La sensibilisation à l’hygiène et à la santé a encouragé les familles à construire une latrine. Dans la région de Nioro Nara, à la frontière mauritanienne, la population a également eu accès à l’eau potable et bénéficié d’un assainissement.

Dans les Communes I et IV de Bamako, l’accent a été mis sur l’approvisionnement en eau potable, la promotion de l’hygiène et l’assainissement. C’est ainsi que 30 lieux d’approvisionnement en eau ont été installés et sont gérés par les comités de quartier. En outre, plus de 1 000 ménages ont reçu une infrastructure de base pour la collecte et le traitement des eaux usées. Un service de nettoyage des latrines assurera des conditions plus hygiéniques dans les quartiers densément peuplés.

Nos partenaires au Mali

Actualités

Nous pouvons enfin retourner à l'agriculture !

Deby Diarra a 50 ans et vit avec son mari et ses 7 enfants à Sanankorobougou, un village de la commune rurale de Mountougoula, non loin de Bamako. Depuis plusieurs années, elle cultive des légumes avec d'autres femmes sur un champ d'un hectare. Ces femmes sont affiliées à l'organisation de femmes « Jigisèmè », qui réunit 165 membres.

En lire plus
4

puits ont été creusés

Plus d'actualités

Agissez pour le Mali

Avec votre soutien, vous protégez les ressources en eau au Mali et assurez de meilleures conditions de vie à la population. Avec nos partenaires béninois, vous créez des opportunités importantes pour les hommes et la nature. Votre don fait une réelle différence !

Je fais un don