Les enfants sensibilisent leurs parents à l'environnement

Un consultant rend vivant le thème de la protection de l'environnement d'une manière très visuelle et concrète.

Haïti - Bien que l'éducation environnementale dans les écoles soit prévue par décret, dans la pratique, elle n'a pas encore été intégrée aux cours. Le Comité de bassin de la rivière Moustiques a pris l'initiative.

De nos jours, l’éducation à l’environnement est un outil indispensable pour changer le comportement des enfants et les aider à devenir de véritables acteurs/ambassadeurs du développement durable au sein de leur famille et de leur communauté. En Haiti, un arrêté a été publié dans le journal officiel du pays sur cette thématique. Mais, malheureusement, l’application de ce décret n’est pas encore initiée au niveau des écoles haïtienne. Et, il n’existe pas encore de programme scolaire lié aux thématiques de l’éducation à l’environnement et au développement durable en Haïti.

Or, le pays fait face à une crise environnementale inquiétante provenant de la pression anthropique croissante sur l’environnement. Face à cette situation, le bassin versant de la rivière Moustique n’est pas épargné, au contraire, la vitesse actuelle de dégradation des écosystèmes s’accélère.  

Ainsi, conscient que le manque d’éducation à l’environnement favorise les comportements néfastes pour l’environnement, le Comité de Bassin Versant de la Rivière Moustique, a souhaité développer un programme de sensibilisation dans 12 écoles primaires du bassin. Ce programme cible 42 enseignants/directeurs et 4 animateurs pour renforcer leurs capacités à éduquer les élèves sur l’importance de la protection de l’environnement et les sensibiliser aux enjeux du changement climatique. 

A ce stade, avec l’appui d’un consultant, les enseignants et animateurs ont été formés sur les thèmes suivant : la biodiversité, lecycle de l’eau, le changement climatique, les déchets et le changement de comportement. Ils ont été formés sur les concepts théoriques mais surtout ils ont reçu des techniques d’animation dynamique et très pédagogiques propices à l’apprentissage facile des enfants. Après ces séances de formations, les enseignants et animateurs ont dû préparer des modules à répliquer pour leur classe respective en fonction de l’âge de leurs élèves. Et, pour les aider, des planches d’animations leur seront fournies comme support de formation. Ce dernier point est très important car plusieurs des enseignants formés regrettent l’absence de matériel didactique et de méthodes adaptées. Les enseignants considèrent, qu’en général, les enseignements sont trop théoriques et abstraits. L’un d’entre eux déclare d’ailleurs que « les cours pourraient contribuer et même avoir un grand impact, si on avait les moyens nécessaires en termes de méthode pédagogique, d’outils, de modèles et de formations ». Ce processus initié par le comité de bassin répond donc à un véritable besoin !

C’est donc très motivés, que les enseignants ont déjà proposé une grande variété d'applications et de solutions en classe pour l'enseignement de l'environnement mais aussi en dehors de l’école. 
En parallèle, un programme de suivi de la formation sur l’ERE education relative à l’envirr a aussi été mis en place pour évaluer les impacts des interventions auprès des différents groupes qui vont bénéficier de la transmission de cette formation. Mais aussi, pour continuer d’enrichir le programme avec de nouvelles activités mettant l’accent sur le sens d’observation (éveil) et d’appropriation (appartenance/responsabilité) comme par exemple: des sorties écologiques ; l’observation de quelques espèces (animales et végétales) locales ; la mise en place d’une ruche pédagogique; la construction de composteur ; la fabrication de briquette de charbon (avec du papier) ; la fabrication des éco briques (avec du plastique).

A l’avenir, le CBVRM, espère que ces enseignants et ces animateurs constituent une groupe thématique de réflexion sur la gestion écologique du bassin versant et représentent ainsi le  noyau dur pour la sensibilisation environnemental des usagers. Les membres du CBVRMED prévoient aussi d’organiser des séances de formation sur l’approche GIRE pour les élèves de 3e cycle et les professeurs, afin qu’ils puissent mieux s’impliquer dans le processus de gestion durable et participative des ressources naturelles du bassin. 

Témoignages :
-    Parler de l’environnement avec les enfants et les jeunes (eleves) à une importance toute particulière, parce que cela permet d'intervenir un stade crucial de leur vie et aussi parce que les enfants peuvent exercer une profonde influence sur les attitudes et les comportements de leurs parents  par rapport à l’environnement. Augustave Cherline, animatrice ayant été formée.
-    Ce n’est pas nouveau, Dans les années 1980, les élèves ont l’habitude de participer dans les activités de reboisement. Mais c’est différent maintenant, car l’implication et la participation des écoles et les élèves sont plus grandes avec ce projet. Abnel GEFFRARD, instituteur 6e année à Passe Catabois.
-    L’intérêt porté par certains animateurs et professeurs au cours de l’illustration de certains phénomènes environnementaux, à travers des micro-création d’espace, a fait comprendre qu’on ne peut arriver à une gestion judicieuse de l’environnement d’une communauté que si les citoyens sont conscients des différents problèmes environnementaux. Selon moi, ces illustrations ont réveillé les élans qui hibernaient en eux et leur sensibilité au respect et à la protection de leur milieu immédiat tout en leur conduisant à l’exploration et à l’approfondissement a la base aux fins de trouver des réponses aux différents problèmes environnementaux qu’ils confrontent dans leur milieu. Consultant

Texte: Luc-Hobert Henri - Céline Jacmain
Octobre 2021